• 11 février 2018

Après une semaine agitée par la neige qui n'a tout de même pas été de tout repos, il est temps de reprendre le chemin de la compétition. Nous sommes 3 rumbasiens à relever le défi proposé par Aurélien Collet au Maxicross de Bouffémont. Quand les courses routes sont annulées, c'est le trail qui se régale des bains de boue.

Décollage matinal de Gil, Eric et moi-même pour les 25km et leur 850 de D+ au programme. Tous les favoris sont bien présents et cette édition s'annonce extrêmement relevée. 

bouffémont0 (1)

A peine le temps de s'échauffer qu'il faut déjà s'élancer à travers les rues de Bouffémont pour rejoindre la forêt. KM 0 : Déjà la route s'élève et il n'y aura que très peu de passages plats aujourd'hui. KM 2 : Nous entrons dans la forêt de Montmorency et le décor est tout de suite posé. De la gadoue et des trous d'eau glacée en guise de bienvenue. KM 3 : Nous formons un petit groupe en embuscade dans les pas de la team outdoor et de ses monstres et je me sens aujourd'hui bien le coup. KM 5 : La chasse à l'homme continue dans les bois où le rythme ne faiblit pas malgré l'enchaînement de côtes et descentes. Les amas de boue sont impressionnants mais offrent un matelas très confortable à courir dans les descentes. KM 10 : 48min au compteur et toujours aussi bien en jambes, le terrain de jeu oscille entre boue, glace, neige, troncs, branches, virages, escaliers.... ce qui le rend aussi ludique qu'exigeant. Les kilomètres passent et soudain (KM 14), j'aperçois un anorak rouge, un sac noir et un boeuf breton ; nul doute qu'il s'agit de Rico.

Je reviens à sa hauteur avec un "qu'est-ce que tu fous là toi ?"

"Je ne sais pas" qu'il me répond l'effronté.

Il s'avère qu'un balisage peut être un peu faiblard soit à l'origine de plusieurs erreurs d'aiguillage dont Eric qui gratte un kilomètre dans l'affaire.

bouffémont

Je me lance donc dans une course poursuite avec les "coupeurs de parcours". KM 15 : Le dégel continue de faire ses effets et de nombreuses portions voient nos pieds s'enfoncer jusqu'aux chevilles quand d'autres parties sont extrêmement dures et glissantes. Je semble pourtant aujourd'hui inarrêtable et continue l'effort sans faiblir. Je continue de remonter entre concurrents et coureurs du 41km. KM 19 : Un serpentin s'offre à nous avec une série de 2 côtes à monter puis redescendre quelques mètres plus loin (corde à l'appui tant c'est raid et glissant). Puis reprise au train dans les single forestiers où je perds pour la première fois l'équilibre et cogne le genou au sol ; simple frayeur (KM 20). Je suis à la lutte avec un concurrent que je n'arrive pas à semer malgré plusieurs accélérations. Nouvelle longue descente très boueuse où mets le paquer mais pars à la faute dans le dernier virage et m'étale de tout mon long dans la boue. Je suis sale et trempé mais heureux de pouvoir me relever au regard de la lourdeur de la chute. J'enchaîne avec le plus gros pétard du jour (KM 22) où je marche pour garder des forces sur la relance ce qui offre l'opportunité à mon poursuivant de se rapprocher. Nouveau coup de canon au sommet, celui-ci sera décisif. KM 25 : Retour dans les rues de Bouffémont pour couper la ligne en 11ème position théorique en 2h11.

Je suis très satisfait de ma course du jour avec une bonne gestion de mes forces. Je suis aussi très content d'avoir été en si bonne forme au regard de la difficulté du parcours qui peut rapidement devenir très pénible en cas de défaillanc

e. On peut féliciter l'organisation pour ce tracé ludique du début à la fin. Pas de quoi s'ennuyer avec une grande variété de paysages et de supports (route, bois, chemin, single, boue, escalier, petites et grandes côtes, troncs, branches...). Un des plus beaux trail de région parisienne à n'en pas douter !