• 9 décembre 2017

Quinze jours de pause totale, il est temps de retourner se dégourdir les jambes là où il y a du vert, de la boue, des côtes et en plus la nuit :-). Vainqueur sortant du Vertrail de Versailles, je choisis cette année de réaliser la formule relais avec l'ami Benji qui remet lui aussi la machine en route pour l'occasion. Fiévreux depuis deux jours, j'aurai peut-être mieux fait de rester couché mais j'ai tellement aimé le parcours en 2016 que je refuse cette éventualité. Jaurai par la même occasion raté l'opportunité de porter le mythique DOSSARD 512.

Le départ est programmé à 17h45, Benji parcourra les 9 premiers kilomètres et je finirai le boulot avec les huit derniers. Il fait vraiment froid ce soir, nous trottinons beaucoup pour nous réchauffer. Une tape au cul et je laisse Benji à ses affaires pour me mettre à quelques hectomètres du départ pour l'encourager à son passage.

Vertrail 2017

KM 0 : Une nuée de lampes frontales se lance au top départ, difficile d'y reconnaître qui que ce soit (Benji, Cédric, Pierre, Aurélie...). Je continue à présent de trotter avant de rejoindre la halle chauffée et éclairée, lieu de passage du 4ème kilomètre. KM 4 : Le groupe de tête passe et Benji leur colle au train, il va maintenant pour lui falloir s'accrocher car ce n'est jamais simple de résister à des mec pareils. Il me faut maintenant rejoindre le point de passage de relais du KM 9 : Cela me permet de terminer mon échauffement en attendant l'arrivée des valeureux ouvreurs à vélo. Au passage des coureurs, des écarts sont à présent faits et j'espère que mon compagnon a réussi à limiter les dégâts et surtout à faire le trou sur la concurrence en relais qui traînait seulement 20 seconde derrière au KM 4 (au regard de mon état de santé, chaque seconde peut compter). Le voilà à la 8ème place en 39 minutes avec deux petites minutes seulement de perdues sur l'athlète qui survole la course (et que j'ai pourtant déchu de son trône l'année passée par miracle). 

Je récupère le chouchou témoin et part en trombe dans la côte de départ (300m - 45 D+), avale deux concurrents et relance au sommet. Que du bonheur de rechausser les "pointes". Je m'éclate comme un gosse dans les single de la forêt de Porchefontaine. Moins de quatre minutes sur ce KM 10, je suis bien en jambes malgré la fièvre et le froid qui me brûle la gorge. Puisque nous sommes là pour l'emporter et que j'ignore complètement où se trouve la concurrence, je maintiens le rythme sur ce KM 11 qui traverse le plateau de Vélizy parfaitement boueux. KM 12 : Le parcours s'anime fortement maintenant avec un enchaînement de côtes et descentes où il faut un grand sens de l'équilibre pour ne pas partir à la faute. KM 17 : Dernier kilomètre à parcourir, je me sens plutôt bien et parviens même à accélérer pour ne pas voir revenir les halos lumineux non-loin derrière qui pourraient très bien être des relayeurs. J'avale finalement mes 8km et ses 220 de D+ en 36min.

vertrail1

Le relais Labrador a de nouveau brillé ce soir en emportant la première place en relais (la cinquième au scratch). Benji m'a clairement placé sur orbite avec une très grosse performance si bien qu'il ne me restait plus qu'à ne pas laisser revenir de derrière. Le Vertrail est à coup sûr une des plus belles courses à laquelle j'ai pu participer avec des lycéens organisateurs gonflés à bloc et très bruyants par leurs encouragements dans les bois malgré la nuit et le froid. J'en serai avec grand plaisir l'année prochaine. Un petit clin d'oeil au couple de boussoles d'or qui domine le relais mixte, à nos amis de Dunes d'espoir toujours prêts à foncer tête baissée pour leur pilote et aux esquimauds accompagnateurs (Solène et J-L).