• 16 avril 2017

De passage en Auvergne pour le week-end, cela m'offre la possibilité de faire un trail de moyenne montagne. Je pose ainsi mes running pour l'assaut du saint Romain. D'abord tenté par le contre-la-montre du samedi (3.3km et 450 D+), puis par le 12km, je pars finalement sur le 21 km et ses 1000 de D+ ; comme si Auffargis ne m'avait pas servi de leçon. Le départ se fait en côte, je chauffe donc correctement la machine pour ne pas trop crisper les muscles d'entrée de jeu.

P_20170414_160045_vHDR_Auto

 

KM 0 : Ca démarre très vite dans les rues de Saint Maurice car les 2 distances sont mêlées et malgré les 2,5km d'ascension à réaliser dès maintenant, je reste aux avant postes dans ces premiers hectomètres. KM 1 : Je lève à présent le pied alors que la pente se durcit (et nous ne faisons qu'eufleurer le Saint Romain. Le soleil donne et c'est un vrai régale que de courir dans ces conditions. KM 2,5 : Première côte terminée, nous basculons maintenant pour plus d'un kilomètre de descente, un calvaire pour les cuisses de parisiens ! Les sentiers sont heureusement peu techniques et la vue sur la vallée époustouflante. KM 4 : Nouvelle ascension de deux kilomètres dans laquelle je vois revenir Adeline Roche (championne de France de trail long) et à laquelle je parviens à m'accrocher un temps. KM 5 : La côte se durcit à présent vers le puy saint André et je dois lâcher prise afin de ne pas me cramer et termine l'ascension au train, dans ces sentiers boisés. KM 6 : Nouveau kilomètre de descente dans lequel je parviens à revenir sur ma devancière grâce à de grandes enjambées sur un terrain toujours aussi agréable à pratiquer. KM 8 : Nous repartons à l'assaut du puy saint André mais par un autre côté, je lâche de nouveau prise pour monter au train, je suis accompagné d'un autre concurrent qui fait l'élastique mais qui grimpe très bien et cède (beaucoup) de terrain dans les descentes. KM 9 : Léger moment de répit avant la deuxième partie de la côte où je dois cette fois marcher. KM 10 : 52min de course et j'ai déjà les jambes lourdes. Je bascule au sommet pour 1,5km de descente via une bonne partie bitumée où je peux me refaire la cerise. KM 12 : La dernière difficulté du jour, et pas des moindre, sera la montée du puy saint Romain. De nouveau plus d'un kilomètre de côte via les sentiers boisés. Je commence à regretter mes bâtons, Mes deux partenaires de course me lâchent pour de bon. Je marche à bonne allure pour limiter les dégâts.Les cuisses chauffent et la pente se durcit encore (KM 13). Alors que 'lon avait vu relativement peu de monde jusqu'à maintenant, le sommet du Saint Romain regorge de monde à chambrer les pauvres coureurs qui ont mal aux jambes (et qu'est-ce que je les comprends). Après une belle grimace au photographe, je bascule au sommet du dernier puy à gravir.

st romain


J'admire la vue et fait un tour d'horizon de la concurrence. Pas grand monde derrière et 3-4 concurrents en vue devant. KM 14 : Nouvelle descente ultra roulante où je profite de ce décor magnifique. Je me fais ensuite plaisir dans les single forestiers où je reprends un des concurrents en vue avant une nouvelle bosse (KM 16). Ce kilomètre de montée est difficile à encaisser. Le manque d'entrainement de ces dernières semaines et le cumul de dénivelé inhabituel en si peu de temps fait beaucoup de mal aux jambes mais je fais face et prends mon mal en patience. Bientôt, il faudra bien redescendre. KM 17 : Nous rentrons vers Saint Maurice dans une belle et longue descente où je reviens à grand pas sur mon camarade chamois. KM 19 : Je finis par le rattraper, il semble usé mais le dernier kilomètre de côte arrive. Je rassemble ce qu'il me reste de forces pour partir grosses cuisses et parviens à faire rapidement le trou.; je comprends qu'il est cuit. KM 20 : Je profite de ces derniers instants de course où les 500 derniers mètres sont une grande descente goudronnée (histoire d'achever les cuisses).

Je coupe la ligne en 1h46 pour ces 21km avec 1020 de D+; le tout à la 8e position. Cet assaut du saint romain est vraiment un évènement dans un cadre magnifique. Je pense bien revenir l'année prochaine avec l'ami Benji pour faire le défi + la course.