• 2 avril 2017

Après une course difficile il y a un mois à Auffargis, je repars en quête de sensations cette fois au trail de Jouy en Josas. Moins long et avec moins de D+, le profil est un peu plus taillé pour moi. Malgré assez peu d'entrainement dans les jambes, je suis content de pouvoir me remettre à la compétition (sans pluie et avec à manger).

Josas_2

KM 0 : Après un bref échauffement avec le coach, nous nous préparons au départ. Quand celui-ci est donné, je reprends mon habituel rôle de meneur d'allure sur les premiers hectomètres avant de céder la place aux concurrents les plus téméraires (3"30 pour ce KM 1) : Pourtant je ne peux m'empêcher de faire exploser le groupe de tête quand une grande série d'escaliers s'impose à nous. Les cuisses chauffent mais il faut garder la face et relancer dès le sommet. KM 3 : Des écarts se dont déjà creusés quand nous empruntons les sentiers escarpés longeant le golfe de St Marc. J'occupe la seconde place et doit rappeler à l'ordre le premier parti dans la mauvaise direction. KM 4 : Nous continuons de grimper pour rejoindre les Loges-en-Josas synonyme de goudron et de plat. La traversée de la ville se fait dans une bonne ambiance, sous un soleil très agréable. KM 7 : Je zappe le ravitaillement et tape dans mes réserves personnelles avant de reprendre les single dans les bois. Droite, gauche, racine, branches... un pur bonheur et des sensations très grisantes avant une longue descente qui me permet de recoller au podium ; accalmie avant un énorme pétard. Je gère mes efforts pour mieux repartir. Passage au KM 10 en 42min. Je me sens bien et continue ma marche en avant enchaînant les difficultés avec une certaine aisance. Cette succession de courtes très courtes va néanmoins laisser des traces. KM 14 : Après un nouveau coup de bourre, je rest attentif au balisage évitant de justesse de suivre un concurrent dans l'erreur en le rappelant sur le droit chemin. 

KM 15 : Belle descente et nouveau pétard, dernière réelle difficulté du jour. Il faut maintenant rentrer au bercail mais le manque de rythme commence à faire sentir et je dois malheureusement renoncer à la seconde place laissant filer un adversaire trop fort pour moi aujourd'hui. Les longues portions de forêt se sucèdent et je parviens tout de même à maintenir un bon rythme (4min/km). KM 17 : La fin de parcours passe par de nombreux single, tout en descente, avant de rejoindre l'INRA. Les cuisses sont maintenant lourdes mais répondent bien présentes. KM 21 : Un dernier petit tour dans la ville avant de rentrer dans le stade via quelques marches et passer la ligne d'arrivée. 

Je termine en marchant, profitant de cette belle revanche, éliminant la déception du mois dernier. C'est une belle 3ème place que je parviens à accrocher aujourd'hui en 1h35, une grosse minute après mes concurrents ; peut être qu'un meilleur mental m'aurait permis de les concurrencer. Mais place à la traditionnelle Paëlla/bière, marque de fabrique de ce trail si sympathique. Petit clin d'oeil à Benji qui prend une bonne 7ème place.